Loading...

powered by co-ment®
 

. 2

1      Quel type de fourreau ?. 2

1.1       PEHD.. 2

1.2       PVC.. 3

2      Positionnement 3

2.1       En accotement 3

2.2       Sous la chaussé. 3

3      Calculer ses besoins en fourreaux. 3

3.1       Identifier les services à apporter 3

3.2       Identifier les infrastructures existantes. 4

4      Les opportunités de mise en places de fourreau. 4

4.1       Travaux sur les réseaux souterains (Effacemment de réseaux aériens). 4

4.2       Travaux de voirie . 5

5      Dimensionner les fourreaux. 5

5.1       Pour le réseau de collecte. 5

5.1.1        Sur les axes numériques structurants. 6

5.1.2        Sur les axes numériques secondaires. 6

5.2       Pour la desserte ou réseau secondaire : 7

5.2.1        Zones pavillonnaires : 7

5.2.2        Zones plus denses : 8

5.2.3       Pour le raccordement des parcelles : 8

5.2.4       Pour le raccord de bâtiment (LME) 9

6      Les masques de fourreaux
. 9

7      Signalisation des fourreaux dans la tranchée

8      Après les travaux

. 10

9      Les chambres et local techniques. 10

10      Les cas particuliers

10.1       Les traversés

10.2       Les carrefours

10.3       Les ponts

10.4       Les carrefours giratoires

10.5       Le cas des Zones d’activité. 11

10.5.1       Le futur label THD.. 11

11        Matériel à utiliser : 13
. 13

12        Pense-bête. 13. 13

13        Glossaire

14        Annexes

. 13


Une infrastructure d’accueil de réseaux optiques est constituée de plusieurs éléments :

·  les fourreaux : conduites dans lesquels les câbles optiques sont mis en place

·  les chambres : regards de visite (espaces) aménagés dans le sous-sol, reliés entre eux par les fourreaux, depuis lesquels on accède aux dits fourreaux pour y diviser et raccorder les câbles

·  les locaux techniques : espaces d’hébergement des équipements actifs d’interconnexion des réseaux.

 

Quel type de fourreau ?

 2 types de fourreau sont possibles :

PEHD

3 fourreaux PEHD qui permettront ensuite de déployer des câbles optiques (par portage à l'air) sont posés en fond de tranchée. Ils sont accompagnés d'un fil métallique pour la détection ultérieure (envoi d'un signal électrique sur le fil, permettant de le détecter grâce aux ondes électromagnétiques rayonnées).

Source: CETE de l'ouest

Les avantages :

-Identification des tuyaux facile tous les mètres par un sigle au choix ou trait de couleurs, cela permet une facilité de gestion et de maintenance.

-Facilité de soudage par éléctrofusion donc pas de joint entre les chambres (ne pas oublier de laisser dépasser d’environ 30cm ds les chambres pour mettre la chaussette);

-Très bon coefficient de glissement pour les sous tubage.

-Facilité de transport( tube enroulé)

-Installation mécanisé possible( rapidité de mise en oeuvre+ possibilité de micro tranché)

-Pose en égout ou en pleine terre.

-Permet la pose de câble par portage grâce à son étanchéité des joints et sa résistance à la pression => permet la pose de câbles sur de plus longues distances

 

Les inconvénients :

- Surcoût direct (mais absorbé au moins en partie par le gain de main d’œuvre pour la pose).

- Mise en oeuvre mal adapté pour  les conduites de grosses capacités

- Mal adapté pour les courtes distances

 

 

 

PVC

 Stock de fourreaux

Source: CETE de l'ouest

Les avantages :

-Coût inférieur au PEHD

-Pose maîtrisée par la plupart des entreprises.

-Bien adapté en milieu urbain

-Faible coût de fourniture.

Les inconvénients :

- Pose délicateet longue,

- Matériaux cassant et déformable.

- Contrôle obligatoire de risque d’ovalisation ou de cassure.

- Portage de câble impossible donc limiter à des distances courtes

 

Préconisation :

Le PEHD semble tout indiqué dans le déploiement de fourreaux sur de la longue distance (intra-commune, département) du fait de la mécanisation  possible. Ensuite concernant le déploiement locale, le choix peut se porter soit sur le PEHD soit sur le PVC, celui ci pourra dépendre de votre budget ou de la mutualisation du matériel dans le cadre d'un enfouissement. En règle général la pose de PEHD se fait plutôt en campagne et la pose de PVC plutôt en ville.

 

Information standard sur les fourreaux

Type Diamètre extérieur
nominal (mm)
Diamètre intérieur
nominal (mm)
PEHD 22.0 18.0
26.0 21.6
31.0 25.0
33.0 27.0
40.0 32.6
50.0 40.8
60.0 51.0
PVC 28.0 25.0
33.0 30.0
40.0 34.0
45.0 41.4
50.0 42.6
63.0 53.6
75.0 64.0
90.0 76.8

 

Positionnement

 

Routes de rase campagne à faible trafic

Accotement de rase-campagne sans partie stabilisée

 Source: Wikipedia 

Routes à moyen et fort trafic

Accotement de rase-campagne sans partie stabilisée

 Source: Wikipedia 

Autoroutes

 

Accotement sur autoroute

 Source: Wikipedia
 

En accotement

Définition Wikipédia

De manière générale, la pose en accotement est à privilégier : les coûts de réalisation sont moindres, l’intégrité de la structure de chaussée et de la bande de roulement sont préservées, et la gêne à la circulation est plus limitée en cas d’interventions ultérieures sur le réseau (maintenance, modification).

Sous la chaussée

La pose sous la chaussée peut être intéressante, voire nécessaire dans certains cas :

-Elle permet une meilleure sécurisation des infrastructures dans les zones où les interventions lourdes sur accotement sont nombreuses

-Il est possible que les accotements soient déjà encombrés, par exemple par les infrastructures du réseau électrique ou par celles du réseau de communications électroniques de l’opérateur historique (cas des routes existantes en particulier).

-Elle évite de toucher à des trottoirs aménagés avec des matériaux spécifiques, coûteux ou difficiles à reprendre comme les pavés, les enrobés colorés et les bétons.

 

Calculer ses besoins en fourreaux

 

Pour quantifier les besoins en génie civil d’une rue ou d’une zone à aménager, il est nécessaire d’identifier l’ensemble des opérateurs susceptibles d’apporter un service. 

 

Identifier les services à apporter

Les services demandés par les utilisateurs sont de trois natures : Téléphonie, Internet, Télévision. 

Aujourd’hui, ces services sont transportables par différents supports. On peut constater le transport de chaînes de télévision sur le réseau « historique » de téléphonie (ADSL), et réciproquement de la téléphonie et Internet sur le réseau câblé « historique » de télédistribution. 

Cependant, on constate encore que les trois réseaux (Téléphonie, Internet, Télévision) sont bien souvent séparés et indépendants. Il faut espérer la convergence des supports de communications électroniques. Pour cela, la collectivité doit mettre en œuvre des mesures incitatives pour encourager la mutualisation d'infrastrucutre par différents opérateurs/acteurs. 

 

Si chaque opérateur amène son câble chez l’abonné avec lequel il est en contrat, alors l’infrastructure à poser risque d’être très conséquente (3 réseaux séparés) et contraignante pour l’utilisateur (l’utilisateur étant lié à son opérateur en raison de la spécificité du réseau).  

A l’avenir, il faudrait qu’un seul support (par exemple, la fibre optique en raison de ses performances) apporte l’ensemble des services et soit loué par l’opérateur ayant contractualisé avec l’utilisateur. 

Identifier les infrastructures existantes 

Il est important de savoir s’il existe déjà une infrastructure publique ou privée afin de la prendre en compte avant de poser des tuyaux. Il serait inutile de surcharger une voie avec des tuyaux, ou de doubler le nombre de chambres si la voie est déjà bien équipée. 

En général, il existe l’infrastructure souterraine appartenant à (ou mis à disposition de) France Télécom pour apporter le téléphone aux habitants ou entreprises (service universel). 

Il peut également exister une infrastructure utilisée par un opérateur diffusant la télévision par le câble. 

Parfois, ces sociétés possèdent encore des câbles en aérien. Il s’agit généralement des parties terminales de leur réseau, celles qui se raccordent aux zones privatives. 

Dans une première étape, il est conseillé de voir avec ces sociétés leur besoin en chambres et en tuyaux, afin de bien assurer la coordination entre plusieurs services. 

La qualité des informations fournies par les opérateurs sur les préconisations des infrastructures techniques à leur mettre à disposition est primordiale. 

Comme indiqué précédemment, le but n’est pas de créer un réseau par opérateur mais plutôt de mutualiser les canalisations et de faire en sorte que chacun y trouve sa place.


Les opportunités de mise en places de fourreau

 

Les travaux sur réseaux souterain(enfouissement de réseaux)


Lors de travaux sur les réseaux souterains(enfouissement de réseaux aériens par exemple), il peut être opportun de poser des fourreaux en prévision des besoins futurs. Quelques fourreaux posés en traversée de chaussée à moindre coût peut éviter un forage demain et permettre ainsi une économie substantielle.

Lors d’un effacement de réseaux aériens des fourreaux sont posés afin de faire passer les différents réseaux (électricité, télécoms). Il est alors intéressant d’avoir calculé ses besoins pour savoir le nombre de  fourreaux supplémentaires.

Il faut en général (cf. norme NFP 98-332) respecter une distance d’au moins 20 cm en horizontal entre les réseaux, et au moins 10 cm entre un réseau et le bord de la tranchée.Toutefois il est à présent admis de poser un réseau de télécommunications à 5 cm seulement d’un réseau électrique, en utilisant des câbles diélectriques sous fourreau (arrêté du 10 mai 2006 sur les distributions d’énergie électrique). Dans ce cas il n’y a qu’un seul grillage avertisseur pour les deux réseaux.(cf schéma)

 

Schéma des distances entre réseaux dans tranchée partagée

 

Remarque : L’accord entre France Télécom, l’AMF et la FNCCR permet aux collectivités de garder la propriété des fourreaux  de communication électronique.

cf : http://www.fnccr.asso.fr/documents/1129901025Accord_Amf_FNCCR_et_France_telecom.pdf

 

Les travaux sur voirie

Lors de travaux sur la voirie (réfection de surface, mise à 2x2 voies, nouvelle route...), il peut être interessant de poser des fourreaux. En effet, la pose de fourreaux lors de ces travaux permet des économies puisqu' il y a déja une entreprise de génie civil sur place et par le fait qu'il ne sera pas necessaire de ré-ouvrir une réfection de voirie plus tard. Par contre il faudra consentir le coût de la tranché en plus de celui des fourreaux.


Dimensionner les fourreaux

 Rappel : Un réseau est globalement constitué de trois maillons :

la collecte : itinéraire principal (ou primaire) qui doit se raccorder au réseau . Par sécurité, il est préférable de boucler le réseau de collecte.

la desserte : réseau secondaire,

le raccordement des parcelles, 

  

Source: Rennes Métropole.


        

Pour le réseau de collecte

  •  
  • Les réseaux de collecte étant en règle générale interurbains, la compétence de la pose de fourreau dans ce type de réseau sera plutot du ressort du département.
  •  
  • 1-On ne passe généralement qu'un seul câble par fourreau sur les réseaux de collecte.

Dans un contexte de création d'une infrastructure neuve, il est préférable de prévoir un seul câble optique par fourreau, et donc de définir le nombre de fourreaux en conséquence. Il sera toutefois possible de sous-tuber un fourreau existant afin d’y faire passer plusieurs câbles.

 

  • 2-Les infrastructures déployées par les collectivités doivent pouvoir être mises à disposition des opérateurs dans des conditions non discriminatoires

Il est donc important de ne pas limiter le dimensionnement à l'accueil du réseau d'un seul opérateur, car cela limiterait de facto toute concurrence sur le territoire. Les infrastructures déployées doivent permettre l'accueil de plusieurs opérateurs.

 

Sur les axes numériques structurants

Ces axes correspondent aux liaisons entre les principales zones d’agglomérations.

 

S'il n'est pas possible de prévoir les besoins exacts sur un tronçon donné (calendrier du projet trop serré, difficultés à obtenir des informations de la part des opérateurs...), au moins quatre fourreaux en PEHD seront mis en place :

 

·  un pour la collectivité (pour ses besoins propres et/ou pour un futur réseau d’initiative publique),

·  au moins deux pour l'accueil des câbles des opérateurs privés,

·  et un pour la manoeuvre.

 

 

 

 

 

En ce qui concerne le calibre des fourreaux, à l'échelle où l'on se place ici (réseau de collecte), le diamètre normalisé 32,6/40 apparaît comme un bon compromis entre capacité (accueil d’un câble de plus de 400 fibres) et coût. Le diamètre 26,2/32 peut également convenir mais les possibilités de sous-tubage ultérieur seront alors plus limitées, et l’économie réalisée n’est pas réellement significative car elle porte uniquement sur le coût de fourniture (différence inférieure à 1€/ml) et non sur les travaux et la pose, qui représentent 90% du coût.

 

Sur les axes numériques secondaires

Ces axes correspondent aux liaisons vers les petites zones d’activités, NRA-ZO, petit répartiteurs, point haut…

 

Sauf besoin particulier identifié, deux fourreaux PEHD de diamètre 32,6/40 apparaissent suffisants. En effet, sur les zones à faible potentiel (en termes de clientèle pour les opérateurs), il est peu probable que plusieurs opérateurs investissent dans un lien de collecte optique.

En outre, dans l’hypothèse où la situation évoluerait de manière différente de ce qui avait été initialement envisagé, et que la zone attirait davantage d’opérateurs, il pourrait être fait appel aux techniques de sous-tubage (passage de micro-tubes), afin de scinder un fourreau en plusieurs alvéoles à l’occasion du déploiement du premier opérateur.

 

Pour plus d’informations aller consulter la fiche "Infrastructures d’accueil de réseaux optiques et aménagements routiers départementaux" de la CETE de l’ouest qui decrit un certain nombre de recommandations sur la mise en place d’infrastructures d’accueil de réseaux optiques lors de travaux d’aménagements routiers.



        

Pour la desserte ou réseau secondaire : 

La desserte étant un réseau de distribution des infrastructures vers les abonnés, les communes seront plus à même de poser les fourreaux de part leur connaissance de leur territoire et de leurs travaux. De plus cela rendra plus facile la gestion des DR/DICT grace à l'intégration au niveau local des données concernant les télécoms dans un SIG.

Plusieurs cas sont à prendre en compte selon le type de logement ou d’entreprises se trouvant sur la zone à aménager. 

Zones pavillonnaires : 

Dans les zones pavillonaires, les fourreaux sont généralement en PVC. Le dimensionnement des réseaux étant fonction du nombre de câbles et de leurs tailles, la préconisation « type » pour une zone pavillonnaire, est de 7Ø45(+1Ø60 réservé pour les câbles en cuivre pour la téléphonie dans le cas d'une nouvelle zone ) entre les chambres. 

Le nombre de fourreaux est ici plus conséquent car le nombre de fibres est plus important (une par habitant dans le cadre du FTTH) et en prévision de futures usages.

La chambre de type L2T sera posée sur trottoir et sera le point de départ pour raccorder au maximum 6 maisons. C’est dans cette chambre ou dans une borne raccordée à cette chambre qu’aboutira la partie terminale du câble de l’opérateur en télécommunication, et c’est de là que partiront les lignes de ses abonnés. 

Illustration : 

Source: Rennes Métropole.

Zones plus denses : 

Dans les zones plus denses (maisons divisées en plusieurs logements, petits immeubles), il est conseillé de poser 7Ø45(+3Ø60 dans le cas d'une nouvelle zone) le long de la voie.

Les adductions des immeubles et des résidences privées s’accordent au réseau dans une chambre L2T.  

Si les surfaces des lots sont importantes, destinées à recevoir plusieurs bâtiments, plusieurs immeubles, ou s’il est nécessaire de sécuriser le réseau de communications électroniques (double adduction), il peut s’avérer nécessaire de poser plusieurs chambres pour un lot ou d’augmenter la taille de celles-ci en posant des L3T ou L4T. 

Pour raccorder ces zones plus denses au réseau de collecte, il est recommandé de créer un bouclage de l’infrastructure avec au moins deux accès permettant de sécuriser le réseau. Aux emplacements stratégiques où les câbles cuivres et les fibres sont amenés à se diviser, il peut être necessaire de prévoir des chambre séparées.

Pour le raccordement des parcelles :  

Au regard des services identifiés dans le paragraphe préliminaire et de la résistance des opérateurs à partager les infrastructures, il faut prévoir jusqu’aux utilisateurs : 

1 tuyau pour le téléphone (correspond à un fourreau de diamètre 45mm, 1Ø45), 

1 tuyau pour préparer l’avenir et l’arrivée de la fibre optique (1Ø45). 

1 tuyau pour l’opérateur de câble (1Ø45), si cable

Chaque maison se raccorde avec 3Ø45 à une chambre de type L2T située sur le domaine public (voirie) et un regard de dimensions 30x30 posé en domaine privé le plus proche possible du domaine public. (Le regard 30x30 n’est pas nécessaire si la maison est proche du domaine public). 

 

Source: Rennes Métropole.

 

L’adduction des immeubles est constituée d’un nombre plus conséquent de fourreaux et parfois de chambres intermédiaires si la distance ou la configuration du terrain l’exige. 

-Pour desservir moins de 30 logements : 5Ø45 

-De 30 à 200 logements : 7Ø45 

-Au-dessus de 200 logements : 3Ø60+7Ø45. 

 

Pour le raccord de bâtiment (LME)

Les batîments en bordure du domaine public peuvent être raccordés directement au réseau sans regard intermédiaire avec un nombre de fourreau proportionnel aux besoins:

- les fourreaux peuvent pénétrer à l'intérieur des bâtiments par un endroit défini en concertation avec les propriétaires(pour plus d'information concernant la desserte de fibre optique dans les immeubles consulter le document réalisé par Rennes Métropole)

- les fourreaux peuvent remonter sur une façade si la configuration des bâtiments ne permet pas l'achememinement des câbles par l'intérieur.

 

Les masques de fourreau

Le masque de fourreau correspond à la vue en coupe des fourreaux. Selon le nombre, le type de fourreau et l'endroit où l'on se trouve, des schémas de mise en place des fourreaux s'imposent.

Un ensemble de fourreaux rassemblés en un bloc sera enrobé le plus souvent de sable et posée dans une tranchée.Ceux-ci seront écartés et enrobés de béton avant d'arrivé dans une chambre.

 

La largeur des masques est minimum. La largeur réelle sera donnée par la largeur des fouilles

 

 

Cas Fourreaux Ø45 (PVC) ou Ø40 (PEHD) Fourreaux Ø60 Masque de tranché Masque d'arrivé dans la chambre de tirage
1 3 0

Masque cas 1

Masque cas 1 entrée dans la chambre

2 4 0

Masque cas 2

Masque cas 2 entrée dans la chambre

3 7 0

Masque cas 3

Masque Cas 3 entrée dans la chambre

4 7 1

Masque cas 4

Masque cas 4 entrée dans la chambre

 

Remarques:

-Les fourreaux en PEHD dépasse de 30cm dans la chambre, les fourreaux en PVC sont coupé au raz

-Les fourreaux ne devront pas subir d'écrasement ni d'ovalisation notable pendant le temps de prise du béton d'enrobage ou lors du tassement des remblais qui les recouvrent.

 

Signalisation des fourreaux dans la tranchée

Selon la norme NFP 98-331 relative aux tranchées, les fourreaux doivent être signalés dans la

tranchée par un grillage avertisseur normalisé, de couleur verte pour les réseaux télécoms, posé à 30cm au dessus de la génératrice supérieure du faisceau de fourreaux. La largeur du grillage est au moins égale à la largeur de l’ensemble des fourreaux. Les fourreaux devront également être identifiés de chaque côté par un numéro ou une couleur.

Après les travaux

 

Généralement, la validation des travaux comprend 2 types d’essais :
1. Essais de mandrinage : passage d’un mandrin dans chaque fourreau pour en garantir le diamètre.
2. Essais d’étanchéité : Il s’agit de vérifier sur chaque tronçon (i.e. entre 2 chambres adjacentes) que les fourreaux sont étanches. Cet essai est réalisé en mettant le fourreau sous une pression de 1 ou 2 bars et en vérifiant que la pression reste inchangée après 2

 

Ne pas oublier de mettre des bouchons et ne pas hésiter à aller verifier si possible que ceux-ci sont bien mis à la fin des chantiers.

 

Les chambres et local techniques

Lors de la pose de fourreau on doit poser des chambres à intervalles réguliers. A titre d'exemple, le réseau téléphonique de France Télécom entrecoupe son réseau de collecte par des chambres de tirage tous les 300 metres. Par contre FT a entrecoupé son réseau de desserte par chambre tous les 50 metres. 

 

Ces chambres permettent 2 choses :

permettre la mise en place des câbles dans les fourreaux, en offrant des points d'entrée et de sortie à ces derniers, ainsi qu’un espace de travail suffisant : ce sont les chambres de tirage/portage (on les désigne généralement par « chambre de tirage », indépendamment de la méthode qui sera réellement utilisée pour mettre en place les câbles).

permettre de réaliser des changements de direction des câbles, des dérivations et des raccordements, en offrant un espace de stockage pour des surlongueurs de câbles (lovage) et des boîtiers d’épissurage pour l’accessibilité aux câbles et fibres : ce sont les chambres de raccordement ou de dérivation. Les surlongueurs de câble permettent notamment d’intervenir sur les boîtiers d’épissurage dans de bonnes conditions matérielles, à l’intérieur d’un véhicule amené à proximité de la chambre.

 

 

En général dans le cadre d'un réseau de collectte, les chambre ne servent qu'a faire du simple tirage ou portage d'un câble optique. Une chambre L3T (K2T si la chambre est sous une chaussée) est normalement suffisante.

Le réseau de desserte necessitant la possibilité de raccordement ou de mise ne place de matériel télécom, des chambres L3T (K2T si la chambre est sous une chaussée) voire plus grandes  seront necessaires

 

Dans l’absolu, les règles suivantes sont à prendre en compte :


- Eviter les changement de ditrection entre les chambres
- Sur le réseau de collecte, la distance inter-chambre est inférieure à 2 km(pour exemple: le plus long tirages de rennes est de 1,2km) . Cela garantit la compatibilité avec une pose de câble par portage ou par tirage.
- Ajouter une chambre intermédiaire si nécessaire (pour éviter un rayon de courbure trop important ou trop de changement de direction).
- Positionner une chambre au niveau des changements de direction à angle droit
- Positionner une chambre de part et d’autres de passages particuliers (traversée de pont, de carrefour importants, etc…). Ainsi, en cas d’avarie sur ce point de passage, le segment du réseau à réparer est moins important.
- Il est préférable de disposer les chambres sur des emplacements où il existe une emprise suffisante (notamment dans les PA, pour le cas d’un opérateur qui souhaiterait placer une chambre de son propre réseau à proximité de nos chambres) et accessible (pour le personnel d’intervention).
Par exemple : si le tracé du parcours est sur l’accotement d’une route, il est préférable de disposer les chambres en retrait d’1 ou 2 mètres par rapport à l’axe du réseau pour des raisons de sécurité du personnel d’intervention.
Autre exemple : Lors de la pose des câbles de fibres optiques, les équipes d’intervention utilisent parfois des petits véhicules qui doivent pouvoir accéder et stationner près des chambres.

- A l’intérieur d’un PA :
S’il existe des chambres FT sur le tracé, il est souhaitable de placer les nouvelles chambres à proximité. 

Chaque parcelle doit disposer d’au moins une chambre à proximité
La distance inter-chambres est généralement inférieure à 100 m (sauf cas spécificique)

 

Remarques :

dans les zones urbaines, ces chambres pourraient devenir des points de mutualisation des opérateurs télécoms. Il est donc primordial de bien positionner celles-ci car elles définiront où les opérateurs se raccorderont pour se connecter aux immeubles pré fibrés. Il faut donc les placer de façon à prévoir la couverture totale du territoire afin d’éviter les « taches de léopard ». Dans les zones très denses, le point de mutualisation semble se trouver au pied des immeubles mais dans les zones moyennement ou faiblement denses ce n'est pas forcement le cas.

 

 

 

En effet si les chambres sont positionnées de manière équitable, les propriétaires d’infrastructures privés pourront s’y raccorder.

 

Chambre L1T

Source: CETE de l'ouest

 
LxT: pose en accotement (trottoir)
Type
Longueur(cm) Largeur(cm) Profondeur(cm) Taille maxi de la conduite Remarques
L0T 63 45 38 3Ø45 Sert à remplacer les regards 30x30 lorsqu'ils sont impossible à mettre sur le domaine privé
L1T 77 63 68 5Ø45 ou  3Ø45 + 2Ø60 Sert à racourcir les grandes longueurs de conduite et à eviter les courbes trop prononcées.
L2T 141 63 68 7Ø45 + 3Ø60 Ces chambres sont destinées à recevoir les derniers équipements de télécommunication sur le domaine publique(Point de concentration, Amplificateurs...). Les armoires de rue( Borne pavillonaire) y sont généralement rattachées.
L3T 162 77 68 7Ø45 + 3Ø80
L4T 212 77 68 7Ø45 + 6Ø80
L5T 204 113 128   Servent à recevoir une quantité importante de tuyaux. C'est ici que se divisent les gros câbles, les sous repartiteurs y sont rattachés ainsi que tous les gros équipements de télecommunication.
L6T 267 113 128  

 Remarque: Les chambres font généralement 8 cm d'épaisseur.


 

 

KxC : pose sous voies circulées ou BAU
Type Longueur(cm) Largeur(cm) Profondeur(cm) Taille maxi de la conduite Remarques
K1C 107 107 84 7Ø45 + 3Ø60 Remplace L1T et L2T
K2C 182 107 84 7Ø45 + 6Ø80 Remplace L3T et L4T
K3C 257 107 84   Remplace L5T et L6T

 Remarque: Les chambres font généralement 8 cm d'épaisseur.

 

Les tampons de protection

Tampon de protection en fonte pour couvrir les chambres.
Pour les chambres L2T/L3T : Le tampon doit être de classe 125 kN (résistance à une charge de 12,5 tonnes) si la chambre est située dans un espace vert, et de classe 250 kN (25 tonnes) si la chambre est située sous un trottoir ou en accotement.
Pour les chambres K2C (sous chaussée) : Tampon de classe 400 kN (40 tonnes).
Si possible, le tampon sera identifié avec un logo portant le nom du bénéficiaire et/ou le type de réseau (e.g. réseau télécom)
Les tampons doivent être verrouillables.

Chambres

Source: CETE de l'ouest

 


Les cas typiques

Les traversés

Les carrefours

Les ponts

Les carrefour giratoire

Lors de la construction d'un carrefour giratoire la logique veut que l'on passe au plus court, c'est à dire que les fourreau passe sous le carrefour.

Lorsqu'un carre

 

Les Zones d’activité

Source: CETE de l'ouest

Le futur label THD

Pour qu’une zone soit accessible au futur label Très Haut Débit,  la zone doit:

-Etre raccordée ou potentiellement raccordable

-Apporter la preuve qu’au moins deux opérateurs sont en mesure de proposer des services à très haut débit grâce à des lettres d’engagement de ceux-ci.

-Posséder une chambre de tirage mutualisée en entrée de zone s’ouvrant sur le réseau de desserte de la ZA ;

-Avoir un emplacement pouvant accueillir une structure d’hébergement pour les équipements des opérateurs (local technique, chambre souterraine, ou armoire de rue).

-Suivant la situation locale, l’emplacement précité peut être déporté pour être localisé à proximité du ou des réseaux de collecte disponibles localement ;

 

 

Réseau de collecte à proximité

Réseau de collecte déporté

 Source: CETE de l'ouest

A défaut d’un chemin optique, Pour chaque parcelle, présence d’une chambre technique sur le domaine public permettant de raccorder la dite parcelle au réseau de fourreaux de la zone, avec une distance résiduelle de génie civil sur le domaine public inférieure à 30 mètres.

En l’absence d’une offre de fibre activée, pour chaque parcelle, au moins trois opérateurs peuvent disposer chacun

D’un chemin optique continu sur fibre entre la chambre la plus proche de la parcelle et la chambre d’entrée de zone

A défaut d’un chemin optique, d’un chemin de vide continu entre la chambre la plus proche de la parcelle et la chambre d’entrée de zone, soit par l’utilisation d’un fourreau dédié, soit par le sous-tubage d’un fourreau

Un chemin optique peut être supporté par une fibre noire disponible à la location en point à point.

 

En présence d’une offre de revente de capacité, au moins deux opérateurs peuvent, pour chaque parcelle, disposer chacun d'un chemin optique continu sur fibre noire ou d'un chemin de vide.

Pour une même parcelle, les fibres noires proposées aux opérateurs peuvent être soit accueillies dans des fourreaux séparés, soit mutualisées dans un même fourreau mais avec une fibre par opérateur.

 
 

Pense-bête

  1. - Penser au inter distance des réseaux électriques et les réseaux de télécommunications
  2. - Laisser du "mou" dans les câbles à l'intérieur des chambres en prévision de déconnections/rebranchements
  3. - Attention au rayon de courbure
  4. - Des bouchons à chaque extrémité du  fourreau
  5. - Faire les différents tests d'après travaux.
  6. - PV de reception
  7. - Verifier la conduite des travaux
  8. - Lors de travaux sur des endroits particuliers(pont, :monument,...), demander toujours conseil aux gestionnaires d'ouvrage
  9. - Ne pas oublier de faire la Déclaration d'intention de commencement de travaux.
  10. - Ne pas oublier de répérer les infrastructures posés en les enregistrant dans un systeme d'information géographique.
  11. - La concurrence est un facteur clef pour que la fibre se démocratise, toujours penser les infrastructure en conséquence!
  12.  

Glossaire

 Sous tubage

Le sous tubage consiste a faire passer plusieurs tubes dans un fourreau. De cette manière, le fourreau se retrouve séparé en plusieurs alvéoles( voir schéma ci-dessous) ce qui rend plus facile la cohabitation de  concurrents.

 

Sous tube

Sous tube dans un fourreau

 

Epissurage

IMG_0514

L'epissurage est le fait de raccorder deux fibres optiques. Pour ce faire il faut les positionner l'une en face de l'autre de manière minutieuse, généralement cet étape est assistée d'appareil pré calibrés. Ensuite on les bloque dans cette position à l'aide un boîtier plastique ou d'une fusion optique. Ensuite vient le test d'épissurage pour vérifier la qualité de transmission de la fibre.

 

Tirage

Tirage manuel de câbles optiques

 Source: CETE de l'ouest

Le tirage est un mode de pose de la fibre optique dans les fourreaux. Cette méthode consiste à faire passer un câble de tirage dans le fourreau afin de pouvoir tirer ensuite le cable optique préalablement accroché. Le tirage ne peut pas se faire sur des distances trop importantes (au delà d'une centaine de mètres ça commence à devenir limite) car cette technique crée un effort de traction sur le câble, et donc un risque de dommages si la longueur (donc le poids) à tirer est trop élevée.

 

Portage

Le portage est un mode de pose de la fibre optique dans les fourreaux. Le portage consiste à pousser le cable par air comprimé ce qui permet de poser le câble sur de longues distances et de façon rapide ( le record actuel est de 3,6 km en un jet d'air). Même si sa performance est élevée, le portage reste une technique peu onéreuse mais qui necessite d'avoir des fourreaux qui soient étanches et qui resistent à la pression comme le PEHD

 

Fourreau de manoeuvre

Le fourreau de manoeuvre est un fourreau qui est laissé vide. Celui-ci permet de faire passer un câble de remplacement pendant la maintenance d'un autre fourreau. De cette manière le réseau n'est quasiment pas interrompu pendant la maintenance.

 

Annexes


 

Ressources 

Genie Civil

MANUEL D’AIDE A LA REALISATION D’UNE INFRASTRUCTURE DE GENIE CIVIL

Pose de fourreau

Infrastructures d’accueil de réseaux optiques - Clauses techniques types pour aménagements routiers sur le site du CETE de l'Ouest*

Recommandation quant à l'installation de fibre optique [381 ko] sur le site de Silec Cable

 

Dans les batîments

Guide pour concevoir, établir et mettre à disposition l'accès fibre optique dans les immeubles (document de Rennes Métropole).

Parc d'activité

Guide à l’usage des aménageurs - Les parcs d’activités à très haut débit en Côtes d’Armor

Equipement des zones d’activité en infrastructures de télécommunications à haut et très haut débit : guide pour les aménageurs et pour les collectivités [01/12/2006 pdf 450ko] sur le site de l'ARCEP.

Zones d’activités très haut débit - Quelques bonnes pratiques d’ingénierie sur le site du CETE de l'Ouest

Points de repère sur l’équipement très haut débit des zones d’activité [ 03/2006 pdf 2,8Mo ] sur le site de l'ARCEP

Préconisation sur le génie civil à réaliser pour concevoir un réseaux de communications lors des travaux de voirie et de création de ZA (document de Rennes Métropole).

 

Juridique

Description technique et conditions d’éligibilité : Label Zone d’Activité Très Haut Débit

Modèle de convention pour l’utilisation des installations de génie civil pour les réseaux de communications électroniques [avril 2009 pdf 270 ko] sur le site de l'ARCEP.

DE POSE DE CABLE OPTIQUE POUR DES RESEAUX A HAUTS DEBITS [1 929 ko] sur le site de la Région Rhônes Alpes 2004.


 

Avec la participation de:

- Rennes métropole

- Le CETE de l'ouest

- Le pays de Ploërmel

- La ville de Vannes

- Cogisys